About Lilasol

View all posts by Lilasol

Mon single en vente au Musée Ernest Cognacq

Un grand merci à Julia Dumoulin-Rulié, conservatrice du Musée Ernest Cognacq !

. Categories: Actu.

L’émotion du grand écran

Le clip de la chanson d’Ophélie tourne en continu dans la salle de projection du musée Ernest Cognacq pendant 3 semaines jusqu’au 30 juin 2019. Grande joie et grosses émotion que de le voir projeté sur grand écran avant l’arrivée du public !

Musée Ernest Cognacq – Salle basse – 13 avenue Victor Bouthillier
17410 Saint-Martin-de-Ré

. Categories: Actu.

3 semaines de projection au Musée Ernest Cognacq

Le clip de Lilasol la chanson d’Ophélie sera projeté dans les salles du musée Ernest Cognacq pendant 3 semaines du 7 au 30 juin 2019

. Categories: Actu.

Lilasol au festival d’arts actuels le 7 juin 2019

Soixante-treize artistes plongent pour nous parler de « L’eau dans tous ses états »… Peinture, dessin, sculpture, photographie, film : une petite goutte emporte toutes les imaginations vers notre océan.

. Categories: Actu.

Sortie du Single la chanson d’Ophélie


Dans une libre réinterprétation du personnage de Shakespeare, Lilasol joue et chante une Ophélie espionne qui échappe à la mort.

Elle figure avec ce personnage la renaissance et l’espoir, des thèmes récurrents de ses chansons.

L’artwork est d’Ivan Proeschel.

Qui est Ophélie ?

Ophélie est l’héroïne de la célébrissime pièce Hamlet de Shakespeare publiée vers 1601. Ophelia – en anglais – est la fille du conseiller du roi du Danemark. La jeune fille de vingt ans sombrera dans la folie et périra noyée, son chant emporté par les eaux. Sa mort, relatée par la reine dans la scène 7 de l’acte IV, a inspiré les plus grands peintres, musiciens et poètes comme Delacroix, Berlioz ou Rimbaud. Le tableau du préraphaélite Millais à la Tate Britain de Londres rivalise avec La Joconde en terme de vénération culte.


Sur l’onde calme et noire où dorment les étoiles
La blanche Ophélia flotte comme un grand lys
Flotte très lentement, couchée en ses longs voiles 


Arthur Rimbaud

Ophéliser le monde !

Ophélie par Antoine Campo, réalisateur

« Dans le désordre lyrique et absolu de toute vie de metteur en scène de théâtre et d’opéra, Ophélie a été mon point d’ancrage parallèle, imaginaire et secret pendant trente ans. On peut s’acheter des vêtements fashionista, prendre à ses côtés un chat, un chien, un robot de compagnie, on peut faire des virées à Ibiza, à New-york, Rome, un trekking au Népal, acheter des œuvres d’art, visiter le Taj-Mahal, on peut traîner sur Meetic, regarder des séries Netflix… que sais-je ? Moi j’ai choisi de faire des films sur Ophélie, la folle de Shakespeare, encouragé par les préraphaélites anglais, Delacroix, Berlioz, Rimbaud, Kate Winslet… J’ai donc produit un nombre considérable de short films, vidéoclips, documentaires consacrés à l’amoureuse d’Hamlet. En parallèle de mes mises scène pour le spectacle vivant, cette œuvre filmique s’est mise à prospérer, à être remarquée par la presse et la profession. Ça a commencé en 1989 à Paris, Edinburgh et New York et ça a continué jusqu’à aujourd’hui : 30 ans avec Ophélie, c’est du sérieux ! « Ça s’est fait comme ça », c’est le titre de la dernière bio de Depardieu. Plus sérieusement, les thèmes ophéliens qui me sont chers sont : l’enfance, le don total de soi, le langage des fleurs, la folie, la noyade, le chant, la perdition, le deuil et l’amour fou. Je vois toujours Ophélie avec ce sourire penché qui fait monter les larmes et donne envie que la vie soit plus belle. Dans une intensité de vivre. »

Antoine Campo

. Categories: Actu.

Projection du clip Ophélie à l’espace Icare d’Issy-les-Moulineaux

Le 7 mai 2019, pour le Vernissage de l’exposition Campo et Burckel, le clip de Lilasol la chanson d’Ophélie réalisé par Antoine Campo sera présenté en avant 1ère à l’espace Icare d’Issy-les-moulineaux

Merci à Jean-Philippe Brun directeur de l’Espace Icare et à la ville d’Issy-les-moulineaux

31, boulevard Gambetta 92130 Issy-les-Moulineaux

. Categories: Actu.

Lilasol au festival Lame de son de Trouville

Le clip de « La chanson d’Ophélie » réalisé par Antoine Campo sera projeté en avant 1ère au festival Lame de son de Trouville-sur-mer le 4 mai 2019

. Categories: Actu.

Interview Lilasol

D’où vient votre passion pour la musique ?
Comment expliquer ce qu’est une passion… La musique fait partie de moi depuis toujours, et je dirai même que ça m’a sauvé la vie. La chanson a ceci de génial qu’elle associe la musique et les mots. Moi qui aime les langues, j’ai choisi de chanter dans ma langue maternelle : le français. C’est prendre le risque du sens mais aussi une manière de défendre la langue française à une époque où beaucoup de chanteurs français font le choix de l’anglais. Une langue porte toujours une culture et la francophonie est une notion qui m’est chère. Je n’exclus toutefois pas de chanter dans d’autres langues.

L’EP Imaginez un lieu quelque part nous a permis de connaitre votre univers ; pouvez-vous nous le présenter ?
Imaginez un lieu quelque part… c’est 5 titres éclectiques : la vision d’une parisienne sur le monde moderne, la post modernité sur un mode humoristique et léger. Il s’agit de toujours garder l’espoir même si certaines solutions peuvent être perçues comme fantaisistes. Face à un certain désarroi et pessimisme actuels, le disque salue aussi les initiatives émergentes et innovantes notamment avec la chanson Détroit dont les premiers vers sont le titre de l’EP.

En quoi est-ce important de parler de ce qui se passe dans le monde qui nous entoure et d’essayer d’y trouver des solutions en chanson ?

Trouver des solutions en chanson est très ambitieux. En ce qui me concerne la création de chansons, la musique et plus largement la créativité sont des manières et des occasions de chercher… en se posant des questions. Quant à mon action personnelle sur le monde s’engager à promouvoir la créativité en particulier via la musique, est une manière de ne pas vivre sa passion égoïstement, de rester au contact de la vie des autres et de donner une partie de ce qui fait mon bonheur.
C’est d’ailleurs une des missions de l’association Figures de Styles. Quand je rencontre des gens qui perdent leur emploi, leur détresse me bouleverse. Pour moi, la créativité est un des outils pour rebondir professionnellement. La créativité c’est aussi pour moi une manière de promouvoir la paix. Et oui, rien que ça. En créativité il n’y a pas de perdant, comme en musique.

Parlez-nous du titre Prince Charlatan
Prince Charlatan est une chanson qui parle de la difficulté de se comprendre entre les hommes et les femmes, sur un mode humoristique en tournant en dérision le mythe du prince charmant des contes de fées. Je suis toujours triste quand je vois cette fracture entre hommes et femmes se creuser. En tant que femme, je suis tellement reconnaissante à ces hommes qui apportent leur concours aux projets des femmes.

Vous dîtes aimer « prêter votre voix pour d’autres créations ». Quelles sont les projets qui vous plaisent le plus et faire par exemple du doublage de film vous plairait-il ?
J’adorerai ! le cinéma c’est un rêve, ce serait une nouvelle expérience. D’ailleurs, mon amour du cinéma est arrivé par le son ; le son d’une langue que j’étais en train d’apprendre : l’espagnol ; le son d’une voix qui me racontait en VO les films du cinéaste Pedro Almodovar… On dit souvent « On ne comprend jamais tout à fait une langue avant d’en comprendre au moins deux ». Bref, j’aime le cinéma et le plus drôle c’est que plus qu’à d’autres chanteuses on me compare souvent à des personnages de cinéma et toujours les mêmes.

Donnerez-vous des concerts prochainement ?
Vous m’auriez posé la question il y a 2 semaines je vous aurai répondu oui mais le je sors tout juste d’un cycle de concerts et je dédie mon temps à la réalisation de clips. Une autre facette d’un projet musical et c’est passionnant.

Un prochain EP est déjà dans les cartons. Comment l’imaginez-vous et où en est votre projet ?
Il sera en français. Il y aura toujours la présence du jeu et du hasard et bien sur les touches d’humour et de légèreté. Avec mon équipe, nous sommes en recherche sonore, avec comme fil rouge une orchestration acoustique dans un style pop-musiques du monde.

Vous faites également du théâtre. Qu’est-ce qui vous plait dans cet art (ainsi que dans celui du cirque) et jouerez-vous prochainement dans une pièce ?
Ce qui me plait le plus ? Jouer ! Vivre et interpréter un personnage qui n’est pas moi comprendre ses émotions, ses motivations et me confronter aux textes de grands auteurs. C’est très nourrissant pour moi en tant qu’interprète mais aussi en tant qu’auteur.
Quant au clown que je pratique c’est sa version moderne de la vie de tous les jours. C’est celui que l’on croise aussi au cinéma avec des gens comme de Funès et Bourvil, Pierre Richard ou plus récemment Astier ; et dans les cartoons avec les minions par exemple. Le clown a cette vertu de mettre en lumière les imperfections de notre humanité. C’est vital dans notre monde d’aujourd’hui où le standard des robots prend une place de plus en plus importante.
Concernant votre dernière question je travaille actuellement sur une pièce inédite basée sur l’œuvre du poète portugais Fernando Pessoa Conversation avec mon ombre.

Que souhaitez-vous dire pour terminer ?
La musique a ceci de fascinant qu’elle a le pouvoir de réunir les gens. En ce qui me concerne j’aime la création collective et les collaborations inattendues ! … Je collabore depuis toujours avec des personnes de tous univers : artistes, chercheurs, entrepreneurs, enseignants… La vie réserve de belles surprises…

Merci à Lilasol d’avoir répondu à notre interview !

Avant-Premières du clip de la chanson d’Ophélie

En attendant les premières images du clip, de très bonnes nouvelles. La chanson d’Ophélie sera diffusée en avant premières à l’occasion de divers évènements en Normandie, en Charente-Maritime, en région parisienne avant sa diffusion au cinéma des ursulines dans le 5è arrondissement de Paris.

Parcours

<- page précédente 4/4

Avant de réorienter sa vie pour devenir auteur compositeur interprète, Lilasol fait des études de Lettres au Lycée Hoche à Versailles, prépare Normale Sup et intègre une des grandes écoles parisiennes de commerce : l’ESCP. Après un temps dans les médias, elle décide de changer de vie pour se consacrer à la création. Elle se forme au chant à « La Manufacture chanson »

Lilasol prend le temps de la création. Pendant qu’elle affine son projet musical et son écriture, elle investit les musées et les salles de cinéma, reprend des cours de philosophie. Au delà des cours de chant, d’harmonie et d’écriture, elle étend ses expériences artistiques : danse, clown, modelage, percussions corporelles, théâtre, improvisation. Autant d’expériences qui enrichissent son projet musical.

En cassant le « 4ème mur », la pratique du clown lui apporte un goût et une aisance pour aller au contact public.

Le théâtre enrichit sa palette d’interprète en développant la sincérité de l’émotion. Elle intègre une troupe de théâtre. De Lady Macbeth à Zezette des Bronzés aux personnages de Woddy Allen et d’Igmar Bergman, elle se frotte sur scène à la fois aux grandes œuvres du théâtre et du cinéma et à la comédie. Elle renoue ainsi avec  une passion pour la littérature et les Lettres en général.

Lilasol utilise son goût pour les mots et les sons et sa palette artistique pour réenchanter l’urbain. Inspirée par la nature, elle refuse de se faire engloutir par la ville en puisant dans la culture l’énergie qu’elle trouve dans la nature. Une énergie qui nourrit une furieuse envie de vivre.

Lilasol constitue son équipe. A l’ère de l’individualisme technologique, Lilasol privilégie pour son projet musical les collaborations humaines et le plaisir du partage créatif. En multipliant les collaborations, elle propose une autre manière d’être auteur-compositeur-interprète, cultivant le goût du jeu, du « je  multiple » et de la création collective.

Il en résulte des textes en français dans la tradition de la « chanson rive gauche » sur une pop aux accents de musiques du monde, une musique qui traduit son goût de l’exotisme, de l’ailleurs et de l’autre.

En 2018, Lilasol sort un 1er EP « Imaginez un lieu quelque part…». Il met en scène le désarroi du monde moderne pour le tourner en dérision et propose des solutions tantôt fantaisistes, tantôt réalistes pour survivre dans un monde parfois trop technologique. Elle chante avec espièglerie le monde qui l’entoure.

Sur scène, Lilasol propose des formules intimistes comme des duos guitare-voix ou des formules plus fournies en décibels et en énergie, à cinq musiciens, où les guitares, les percussions et les claviers prennent toute leur place. Avec 1h15 de concert rodé, Lilasol affirme un répertoire étendu de créations originales.

Après les premiers médias et passages radio de son EP à l’été et à l’automne 2018, elle finalise 6 nouveaux titres et 3 clips « courts-métrages ».

Elle rejoint le projet d’art contemporain « Ophélia 2019 » : Antoine Campo l’a choisie comme sa première interprète en langue française pour célébrer ses 30 ans de Carrière.

Car Lilasol c’est aussi le goût du risque et une forme…. d’anticonformisme. Elle nous laisse entendre qu’il n’y a pas d’âge pour se réinventer, que l’on peut garder son âme d’enfant et s’amuser des croche-pieds de la vie. Faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux pourrait bien être le credo de Lilasol.

<- page précédente 4/4

Contact

Contact manager : Virginie De Neve

Tel : 06 63 06 86 79   –  email : manager@lilasol.com